Landgrabbing
  • L’accès au foncier agricole doit impérativement évoluer en Wallonie !
    Les organisations membres de la Plate-Forme Foncier Agricole estiment que la réforme de le loi du Bail à ferme est indispensable et urgente pour permettre un accès à la terre, aujourd’hui quasi impossible, aux nouvelles générations de paysans. Sous le régime actuel, le coût des terres en propriété est démesuré et l’accès au marché locatif, perverti, est fermé. La terre disponible sert le plus souvent à l’agrandissement des fermes existantes plutôt qu’au démarrage de nouveaux projets agricoles

  • SOCFIN continue de piétiner les droits des communautés locales
    Luxembourg, 31 mai 2017 - Pour la troisième année consécutive, des citoyens et des militants de diverses associations belges, françaises et luxembourgeoises ont mené une action publique lors de l’Assemblée générale des actionnaires du groupe agro-industriel SOCFIN. L’action publique a mis en scène le piétinement des droits des communautés locales par l’entreprise et les stratégies d’intimidation des journalistes et défenseurs des communautés

  • Le groupe Bolloré/SOCFIN refuse toujours le dialogue avec les communautés
    Les citoyens et les organisations de la société civile dénoncent l’attitude de SOCFIN, qui criminalise les leaders locaux et refuse le dialogue. En persistant dans le non-dialogue, SOCFIN est en totale contradiction avec sa nouvelle politique de gestion responsable.

  • « Actionnaires de SOCFIN : Arrêtez les accaparements de terres ! »
    Ce mercredi 1er juin 2016 à 10h, des citoyens et représentants d’organisations belges, françaises et luxembourgeoises ont interpellé les actionnaires du groupe belgo-luxembourgeois SOCFIN lors de son Assemblée générale. Ils ont mené une action de protestation en solidarité des communautés affectées, en Afrique et Asie, par les accaparements de terres de la firme agro-industrielle. Après plusieurs requêtes auprès des dirigeants de l’entreprise, les citoyens et les organisations en appellent aux actionnaires du groupe pour faire respecter les droits fondamentaux et les droits fonciers des communautés locales.

  • 17 avril 2016 : 20 ans de journée internationale des luttes paysannes
    Il y a 20 ans, le 17 avril 1996, 19 paysans brésiliens du « Mouvement des sans-terres » sont assassinés lors d’une importante marche pacifique organisée pour réclamer un accès à la terre et des meilleures conditions de vie. Depuis 20 ans, partout sur la planète, la concentration des terres aux mains de quelques-uns et la répression des paysans qui refusent de perdre leurs terres ne cessent d’augmenter. En Belgique, 43 fermes disparaissent chaque semaine et nous avons perdu 63% de nos fermes en 30 ans. Chaque année, le 17 avril permet de rencontrer les paysans, les citoyens et les associations qui s’organisent pour défendre l’agriculture paysannes de nos régions, voir même, soyons fou, sa généralisation progressive.

  • 24 février 2016 : le groupe agro-industriel SOCFIN se voit dénoncer ses accaparements des terres
    SOCFIN est un groupe agro-industriel belgo-luxembourgeois spécialisé dans la culture de palmiers à huile et d’hévéa (pour la production de caoutchouc). SOCFIN est détenue à 39% par le groupe français Bolloré (premier actionnaire) et contrôlée par l’homme d’affaires belge, Hubert Fabri. Boosté par la croissance de la demande mondiale d’huile de palme, SOCFIN connaît une forte expansion de ses plantations dans une dizaine de pays d’Afrique et d’Asie. Des milliers de paysans, réunis au sein d’une alliance internationale, tentent de faire respecter leurs droits par la voie du dialogue, sans succès à ce jour.

  • 100% solidaire avec Bastamag d’autant que nous travaillons aussi sur Bolloré et Socfin
    Nous vous renvoyons à l’article de Bastamag parce que la liberté journalistique et de contre pouvoir est chaque jour menacée. Un réseau d’ONG belge travaille aussi sur les exactions de l’entreprise SOCFIN, filliale de Bollore

  • AGRO-COLONIALISME AU CONGO (Rapport de GRAIN)
    Les institutions financières de développement européennes et américaines financent une nouvelle phase d’agro-colonialisme au Congo. Rapport de GRAIN (2015). 40 millions $ de l’Agence française de développement (AFD)/Proparco (FISEA), + 40 millions $ de l’Agence espagnole pour la coopération internationale au développement (AECID) et d’autres institutions (voir rapport) et maintenant 11 million € de BIO. Un dossier à suivre.

  • Une plate-forme pour le foncier agricole en Belgique

    Une nouvelle plate-forme foncier agricole composée de syndicats paysans, d’organisations de producteurs, de défense de l’environnement, de consommateurs, de solidarité internationale, de coopératives foncières et d’autres organisations de la société civile ont rencontré le ministre Collin le 20 mars 2015.

    Cette plate-forme s’impliquera politiquement pour défendre des mesures qui tendent à réduire la pression foncière actuelle très forte et pour soutenir des propositions qui renforcent l’accès d’une agriculture "durable" et familiale au foncier.


  • 17 avril 2015 : Des luttes paysannes partout en Belgique
    Partout en Belgique, des collectifs citoyens et des organisations de la société civile belge se mobilisent aux cotés du monde paysan belge pour défendre l’accès à la terre qui est une ressource indispensable au maintien et à l’installation de paysans. Elle est essentielle pour développer l’agriculture du futur qui sera nourricière, locale, familiale et biologique. Des luttes solidaires des luttes des paysans d’Europe et du monde. Pas paysan sans terre. Pas de terre sans paysans.

  • Des ONG dénoncent le rôle de la Banque Mondiale dans l’accaparement des terres paysannes
    Depuis des années la Banque mondiale contribue à l’accaparement des terres des petits paysans en faveur de l’agrobusiness », dénoncent les ONG belges partenaires de la campagne internationale « Our Land Our Business ». « Dans ces conditions, nous avons décidé d’accaparer les bureaux de la Banque mondiale pour y planter des patates en soutien aux mouvements paysans qui luttent pour leur droit à la terre à travers le monde !

  • Vendredi 17 octobre 2014 La lutte des patatistes continue !
    L’accès à la terre ne s’est amélioré ni en Belgique, ni au Sud. Chaque jour, de petites fermes disparaissent au profit des multinationales et des champs sont remplacés par du béton. Pourtant demain nous aurons besoin de terres pour manger et de plus de paysans pour produire durablement.

  • Quel pays sera le plus antisocial, anti-développement, anti-environnement ?
    Il existe des milliers de classement absurdes ou néfastes dans le monde, mais certains sont carrément scandaleux de la part d’institution censées s’occuper de développement. C’est le cas du « Benchmarking the Business of Agriculture - BBA ».

  • Les banques en Belgique financent l’accaparement de terres
    Cette étude s’intéresse aux responsabilités des grandes banques actives en Belgique dans le financement de quelques-unes des entreprises responsables d’accaparement massif de terres. La question est fondamentale en terme de droit à l’alimentation : la ruée sur les terres est un phénomène dont l’ampleur s’est considérable accentuée depuis 2007-2008, privant des dizaines de millions de paysans de leur moyens de subsistance et aggravant la sécurité alimentaire des pays hôte.

  • Fiche sur les Directives volontaires sur la gouvernance foncière
    Fiche explicative sur les Directives volontaires sur la gouvernance foncière envoyées à tous les décideurs belges concernés (ministres, parlementaires, administration) pour pousser à la mise en œuvre de ce nouvel instrument au niveau belge, notamment.

  • Garantir un accès adéquat et sécurisé à la terre
    Position de la CCF novembre 2011

  • Message de soutien d’Olivier De Schutter au forum des peuples de Niono (Mali 31 octobre au 3 novembre)
    Les directives volontaires ne suffiront pas. Il faut aussi qu’au niveau régional, les Etats se mettent ensemble et définissent les limites à ne pas franchir. Le droit à l’alimentation notamment doit être intégralement respecté.

  • Dialogue politique du 21 mars 2011 "Sans terre pas d’avenir"
    Pour les paysans et les paysannes, non seulement la terre est un facteur de production économique (moyen de subsistance et génération de revenus et d’emploi), mais elle remplit aussi d’autres fonctions : politique (indépendance par rapport aux options politiques des grands propriétaires terriens par exemple), psychologique (sécurité familiale/transmission ), sociale (reconnaissances ..), écologique (respect de la biodiversité ...) et culturelle.

  • Dialogue avec la Banque mondiale sur le problème de l’accaparement des terres
    Nouveau dialogue avec la Banque mondiale après son traditionnel sommet d’automne. Ce dialogue poursuit les action entreprises par les ONG après l’assemblée de printemps 2010 qui avait traité du problème foncier et où plusieurs organisations avait manifesté devant sa Représentation européenne à Bruxelles pour demander à la Banque de ne pas cautionner l’accaparement des terres.

| Site réalisé avec SPIP, sous Licence de logiciel libre(GPL), optimisé pour FIREFOX | Administration | Espace membres |