OMC - L’agriculture dans les négociations internationales
  • OMC : une position belge juste ?
    Le gouvernement belge doit défendre dans les négociations de la ministérielle de l’OMC à Nairobi les revendications des pays en développement (G33) en particulier l’espace politique de mener des politiques de sécurité alimentaire menant à l’élimination de la faim, y compris par les recours aux stocks publics. Une clause de paix de 4 ans a été instaurée depuis décembre 2013 sur les recours aux stocks publics à des fins de sécurité alimentaire. La Belgique doit défendre dans les négociations que ces programmes soient accessibles à tous les pays en développement et pas seulement à ceux qui ont déjà mis ces programmes en œuvre.

  • Accord du 27 novembre 2014 à l’OMC. Une clause de paix… plutôt cynique !
    Les Etats-Unis, soutenus par l’Union Européenne, voulaient absolument débloquer les négociations pour faciliter l’entrée des entreprises européennes sur le marché des pays émergents. Cette ouverture des marchés s’est faite en contrepartie d’une clause de paix, qui prétend permettre aux pays en développement de maintenir des programmes de stocks publics alimentaires comme instrument de sécurité alimentaire, alors qu’en réalité ces programmes sont rendus quasi impossibles...

  • Déforestation : à qui profite le désastre ? (CETRI)

| Site réalisé avec SPIP, sous Licence de logiciel libre(GPL), optimisé pour FIREFOX | Administration | Espace membres |