Les revendications politiques défendues par la PFSA

Pour assurer la souveraineté alimentaire, nous demandons au gouvernement belge et aux responsables européens :

1. D’assurer des prix agricoles qui permettent aux agriculteurs de vivre décemment de leur travail. Cela passe par le droit d’utiliser les droits de douanes et de quotas pour se protéger des importations à bas prix, comme l’ont fait les pays industrialisés pour développer leur agriculture. Cela passe aussi par le droit pour chaque pays de définir ce qui est produit sur son territoire, la façon dont c’est produit, et ce qui y rentre. Enfin, au niveau international, cela nécessite d’appliquer des politiques décidées entre pays producteurs et pays consommateurs pour stabiliser les prix, les rendre équitables et assurer des modes de production durables.

2. De permettre aux pays d’appliquer des politiques qui favorisent une agriculture familiale et une alimentation de qualité accessible à tous. Ces politiques soutiendraient une agriculture destinée en priorité à l’alimentation des populations locales et régionales, qui préserve l’environnement, la biodiversité et la santé des consommateurs. Chaque pays a le droit de définir ses propres normes sanitaires, sociales et environnementales s’appliquant aussi bien à la production qu’à l’importation. Les pays du Nord comme du Sud ont le droit de soutenir leur agriculture pour atteindre ces objectifs tant que cela n’a pas de conséquences négatives sur les marchés locaux et l’agriculture familiale d’autres pays.

3. De garantir l’accès des populations agricoles à la terre, aux semences, aux crédits, à l’eau… Cela implique notamment des réformes agraires, le refus des brevets sur les semences ou la participation des agriculteurs à la gestion de l’eau.

4. De soutenir les efforts des agriculteurs et de leurs organisations, qui ont des politiques, des méthodes de production et de commercialisation qui contribuent à répondre aux attentes des populations et respectent l’environnement. Ce soutien passe entre autres par la consommation responsable.

5. De limiter le pouvoir et la concentration des multinationales liées à l’agriculture et à l’alimentation. Les producteurs de semences et d’intrants agricoles, les négociants, les industries de transformation alimentaire ou les grandes surfaces sont largement bénéficiaires de la dérégulation des marchés agricoles. Des mesures doivent donc être prises afin que ces entreprises se plient aux normes sociales et environnementales et respectent les principes de la souveraineté alimentaire.

format imprimable

| Site réalisé avec SPIP, sous Licence de logiciel libre(GPL), optimisé pour FIREFOX | Administration | Espace membres |