Communiqué de presse : Les ONG solidaires avec les producteurs de lait.

Communiqué de presse : Les ONG solidaires avec les producteurs de lait.

le 10 septembre 2009

Il y a des mois que les producteurs de lait font pression sur les responsables politiques européens pour que soit entendue leur détresse. Les ONG de solidarité internationale souhaitent affirmer leur appui par rapport aux revendications des producteurs. Confrontés à des prix d’achat du lait très inférieurs aux coûts de production, ils demandent une régulation, laquelle pour rappel évite les éventuelles hausses de prix pour les consommateurs et les chutes de prix pour les producteurs. Il est normal qu’ils demandent une régulation de la production afin qu’elle s’ajuste à la consommation, ce qui leur garantirait une juste rémunération, tout en évitant les énormes gaspillages actuels.

Aujourd’hui, fort heureusement, les citoyens se montrent également solidaires, en témoigne leur appui lors des nombreuses actions de sensibilisation. Nul ne comprend que le prix payé au producteur soit de 17 centimes d’euros le litre (soit trois fois moins que l’eau en bouteille). Personne ne comprend non plus pourquoi, à l’heure où il est question de réguler le secteur financier, la Commission européenne continue à poursuivre une politique de dérégulation de l’agriculture (qui fournit pourtant notre nourriture).

Revendiquer un ajustement de la production à la consommation au-delà des aides d’urgence ponctuelles est complètement légitime

Les solutions proposées par la Commission européenne visant la poursuite de la libéralisation de l’agriculture et d’importantes restitutions aux exportations en 2009-2010 sont une impasse. Elles font peser sur les producteurs des pays pauvres, les conséquences de nos renoncements politiques en renforçant la chute des prix internationaux. Il serait davantage souhaitable de consacrer des ressources à soutenir les producteurs et les pratiques durables de production en Europe ainsi que les nombreux producteurs du Sud qui voient déjà leur avenir compromis par la concurrence de la poudre de lait exportée chez eux à bas prix.

Demain la grève du lait sera entamée et nous soutenons ces actions que le blocage politique européen a provoquées. Qu’on ne vienne pas parler de prise en otage des consommateurs. Dernièrement, c’est le libre marché et la spéculation qui ont pris en otage les consommateurs, contraints de subir les fluctuations des prix agricoles internationaux qui par une « étrange » loi des profits se sont répercutés sans cesse à la hausse.

Nous soutenons aussi ces luttes parce qu’elles s’inscrivent dans la perspective d’une agriculture paysanne et familiale durable, basée sur des pratiques agricoles qui préservent nos paysages, la biodiversité, favorisent les productions liées au sol et ne conçoivent pas la production européenne comme une arme pour conquérir des marchés extérieurs au détriment des paysans du Sud.

- Renaud BAIWIR Coordinateur de Aide au Développement Gembloux
- Stefaan Declecq, secrétaire général d’Oxfam-Solidarité
- Arnaud Zacharie, secrétaire général du CNCD-11.11.11
- Freddy Destrait, secrétaire général de SOS Faim
- Carmélina Carracillo, responsable politique d’Entraide et Fraternité
- Marc Dascotte, secrétaire général d’Oxfam-Magasins du monde
- Daniel Van Der Steen, coordinateur du CSA
- George Dixon Frenandez, président du MIJARC
- Daisy HERMAN, secrétaire générale de la FIMARC

Contacts presse : Thierry Kesteloot ; 0475.54.37.23 ; Stéphane Desgain 0475.76.90.61

autres actions et liens

format imprimable

| Site réalisé avec SPIP, sous Licence de logiciel libre(GPL), optimisé pour FIREFOX | Administration | Espace membres |