Communiqué suite aux remise des 80.000 pétitions le 08 décembre 2008

Communiqué suite aux remise des 80.000 pétitions le 08 décembre 2008

Faim, crise alimentaire, que font les partis politiques francophones ?

80.000 citoyens belges réclament des solutions à la crise alimentaire.

La crise alimentaire, et les émeutes qu’elle a entraînées dans les pays les plus pauvres il y a quelques mois, est aujourd’hui ensevelie par les autres crises qui accaparent la planète ; crise financière, crise économique, crise énergétique, enjeux climatiques … Pourtant cette crise alimentaire, qui vise presque un milliard de personnes souffrant de faim et de malnutrition, est loin d’être résolue. Seulement, les signaux politiques et les actes entrepris au niveau des organes de décision sont minces et plutôt préoccupants. En Belgique, les partis de la majorité parlementaires ne parviennent pas à s’accorder sur une résolution qui tracerait des pistes de solution. Au plan européen, les états membres ont décidé lors du bilan de santé de la politique agricole commune d’abandonner des mesures de régulation de marché (abandon des quotas laitiers…). Pour couronner le tout, à Genève, Pascal Lamy fait le pressing pour faire aboutir les négociations du cycle de Doha à l’OMC pour une libéralisation toujours plus forte des marchés.

Le CNCD-11.11.11, OXFAM-Solidarité et SOS Faim, appuyés par les 80.000 citoyens qui ont signé leurs pétitions depuis 2 ans pour la Souveraineté Alimentaire sont allés à la rencontre des 4 partis politiques francophones pour les interpeller sur leurs positions et leurs intentions sur ces enjeux.

Nous retenons de ces rencontres les éléments suivants :

- Les partis se sont montrés concernés et prêts à défendre un modèle d’agriculture avec des marchés davantage régulés, au Nord, comme au Sud. Cela passe par des mécanismes de protection aux frontières (taxes à l’importation, quotas, …), au moins pour les produits sensibles. Mais la Belgique n’est pas rejointe sur cette question par les autres pays européens. Reste à voir si ces principes seront traduits dans les négociations commerciales entre l’Europe et ses partenaires commerciaux du Sud.

- La Belgique ne veut pas d’un accord à l’OMC qui pourrait gravement nuire à l’agriculture européenne. « Mieux vaut pas d’accord qu’un mauvais accord », et la position défendue en juin est maintenue. - Par ailleurs, les partis sont d’accord pour que l’agriculture familiale soit au centre de la recherche des solutions à la crise, y compris en appuyant les organisations paysannes qui représentent les producteurs familiaux.

- Sur d’autres enjeux agricoles concrets, comme les protéines végétales, et sur les enjeux de l’aide au développement agricole au Sud, et les modalités de cette aide, les partis se sont dits favorables à l’existence de débats au niveau parlementaire et dans les enceintes internationales. La Belgique peut se profiler et faire valoir son expertise à ce niveau, y compris dans ses appuis aux institutions internationales. Les ONG ont encouragé les partis à se positionner dans ce sens, sans négliger la concertation avec les organisations paysannes du Sud.

- La résolution sur la crise alimentaire est bloquée au Parlement fédéral. Remaniée et radoucie, il semble pourtant qu’elle continue à faire débat. Particulièrement, c’est l’interdiction de la spéculation qui poserait problème au niveau de la famille libérale.

- Les programmes régionaux et européens des partis sont partout en cours de réalisation. Les représentants des partis, toutes couleurs confondues, se sont dits prêts à être attentifs à ces enjeux dans leur programme.

Afin de faire valoir les intérêts des populations du Sud, le CNCD-11.11.11, OXFAM-Solidarité et SOS Faim poursuivront le débat avec les partis, les parlementaires et les ministères concernés afin d’aboutir à des solutions qui offrent de réelles opportunités pour sortir les populations rurales du Sud de la faim et de la pauvreté en soutenant les capacités des agricultures locales. Elles seront notamment attentives aux positions qui seront prises par ces partis lors pour les prochaines échéances électorales.

Pour plus d’informations : - www.sosfaim.be- www.cncd.be - www.oxfamsol.be


communiqué du 10/12/08 (PDF - 68.9 ko)

format imprimable

| Site réalisé avec SPIP, sous Licence de logiciel libre(GPL), optimisé pour FIREFOX | Administration | Espace membres |