Séminaire sur la réforme du secteur du lait

Le groupe lait de la Plate-forme Souveraineté alimentaire a organisé le 24 septembre 2007 à Bruxelles un séminaire portant le titre de Gestion de l’offre et mise en marché collective dans la production laitière : pour des prix rémunérateurs et le maintien de nombreuses exploitations familiales sur l’ensemble du territoire et qui a rassemblé plus de 110 personnes.

De nombreuses évolutions de la filière laitière sont en cours, en particulier en faveur d’une libéralisation des marchés, alors que le secteur de production a tendance à se spécialiser et à s’intensifier et que ceux de la transformation et de la distribution sont de plus en plus concentré.

Les marchés des produits laitiers sont en pleine effervescence, ce qui n’aide pas à bien percevoir les aléas à venir, tout particulièrement pour les producteurs, qui ne bénéficieront plus des soutiens du marché dans le secteur laitier. Les aides directes peuvent encore faire illusion, mais elles n’ont pas avantagé les producteurs laitiers. Par ailleurs, leur avenir peut également être questionné.

Ce séminaire avait pour objectif de tracer les principaux contours du problème et les perspectives, en particulier concernant la réforme de l’Organisation Commune de Marché (OCM) lait et l’agenda politique de l’Union européenne, l’évolution du pouvoir de marché des producteurs laitiers, l’évolution des prix aux producteurs comme aux consommateurs, cela en considérant le contexte international et les relations avec les pays en développement et les pays émergents.

Il s’adressait à toutes les parties prenantes concernées par l’avenir de l’agriculture, tant dans ses dimensions locale, européenne qu’internationale.


Gestion de l’offre et mise en marché collective dans la production laitière
Pour des prix rémunérateurs et le maintien de nombreuses exploitations familiales sur l’ensemble du territoire

Présentation des objectifs et du programme de l’atelier

Word - 29.5 ko

Risques généraux sur la gestion de l’offre et les rapports avec l’industrie

Jean-François Sneessens Professeur à l’UCL - Belgique
Word - 29.5 ko

— Session 1. Etat des lieux de production laitière

Il importe de rappeler l’importance de la production laitière pour l’agriculture familiale dans l’ensemble des pays de l’Union européenne, mais également dans la plupart des pays de la planète. Cela explique que beaucoup d’Etats sont intervenus et interviennent encore dans le soutien de cette production particulière. Mais de nombreuses évolutions sont en cours, en particulier en faveur d’une libéralisation des marchés, alors que le secteur de production à tendance à se spécialiser et à s’intensifier et que ceux de la transformation et de la distribution sont de plus en plus concentré.

Il importe de tracer les principaux contours du problème et les perspectives, en particulier concernant la réforme de l’OCM lait et l’agenda politique de l’Union européenne, l’évolution du pouvoir de marché des producteurs laitiers, l’évolution des prix aux producteurs comme aux consommateurs, l’évolution des structures (et modes) de production et l’évolution de l’industrie de transformation

Situation et impact de la réforme de l’OCM lait en Europe

Niek Koning , Professeur à l’Université de Wageningen - Pays-Bas
PDF - 75.3 ko

Situation et impact de la réforme de l’OCM lait en Belgique

Luc Hennuy , Division de la Politique Agricole - Région Wallonne – Belgique
PDF - 1.7 Mo

Survol des tendances des marchés et analyse

Renaat DeBergh, SG de la confédération belge des laiteries - Belgique
PDF - 518.7 ko

Point de vue des organisations de producteurs

Alain Masure, Fédération Wallonne de l’Agriculture (FWA) - Belgique
Gérard Choplin, Coordination Paysanne Européenne (CPE)

10h30-10h50 Pause café

- Session 2. Argumentaire en faveur de la gestion de l’offre et de la mise en marché collective

— La gestion de l’offre et la mise en marché collective permettent aux producteurs d’avoir un pouvoir de marché plus important (marché ajusté et meilleure position) et donc de négocier les prix.

— Des prix rémunérateurs pour les producteurs ne signifient nullement des prix élevés pour les consommateurs.

— L’industrie bénéficie d’une sécurité d’approvisionnement et peut trouver un bénéfice dans la réduction des coûts de transaction, dans le cas ou les négociations se font dans le cadre d’une mise en marché collective.

— Un système de quota peut se piloter de manière à maintenir la production dans les diverses régions et de viabiliser de nombreuses exploitations familiales

— Le coût d’un tel système est pris en charge par les producteurs (prélèvements sur le prix) et ne dépend pas de subventions publiques.

— La stabilité et la prévisibilité permettent l’adoption d’innovations centrées sur la réduction des coûts et la durabilité

— La stabilité de la production permet de négocier des contingents d’importation et d’exportation

Argumentaire présenté par les producteurs de lait du Canada

Marcel Groleau, Producteurs laitiers du Canada - Canada
PDF - 707 ko

Argumentaire du point de vue des producteurs des Pays-Bas

Gerrit Roos, Nederlandse Melkveehouders Vakbond - Pays-Bas
PDF - 447.7 ko

Les quotas, une solution économiquement rationnelle ?

Jean-Marc Boussard , INRA – France
PDF - 271.5 ko

Débat

13h00-14h00 Lunch

Après-midi -24 septembre 2007

- Session 3 Conditions de la maîtrise de la production dans l’Union européenne

Si les producteurs souhaitent continuer à gérer l’offre de lait dans l’Union européenne, il faut que cela demeure possible, en particulier en maintenant les instruments nécessaires de maîtrise des importations. Cela passe par le maintien de droits de douane suffisamment élevés sous la forme de droits spécifiques, le maintien d’une clause de sauvegarde efficace et la négociation de contingents d’importation soutenables

Quels sont les niveaux de protection nécessaires pour permettre la gestion de l’offre

Martin Van Driel, DG Agri OCM lait, Commission européenne
PDF - 444.5 ko

Jean-François Rames, Département Eco & Affaires Internationales CNIEL - France
PDF - 274.5 ko

Débat

- Session 4. Les stratégies des producteurs en Europe et dans quelques pays tiers

Les producteurs ont une assez bonne perception de la discipline de la production (quotas), mais la prise en charge par les producteurs d’un système de maîtrise de la production et de mise en marché collective semble devoir être fortement murie.

En fait, l’organisation commune du marché, organisée par les Etats de l’Union européenne (PAC) a soutenu le niveau des prix et assuré aux producteurs l’écoulement de leur production. Mais, l’abandon du soutien des prix et des garanties modifie fortement la situation. Malheureusement le système a éloigné les agriculteurs des solutions collectives qui ne sont pas le fait des pouvoirs public. Il n’empêche que des initiatives ont le mérite d’exister

L’Union européenne n’est pas isolée, les modifications de sa politique laitière sont fortement conditionnées par ses relations avec les pays tiers :

Comment les producteurs de divers pays s’organisent-ils pour s’assurer un certain pouvoir de marché et pour soutenir la filière laitière. Quels est leur avis sur les orientations nouvelles de la politique laitière de l’Union européenne.

La gestion des transactions avec les laiteries : point de vue et pistes de réflexion :

Cadrage & exemples de modalites de contractualisation et d’autres possibilités

PDF - 93.8 ko

L’élaboration de stratégie par les organisations : exemple

Eddy Leloup, Boerenbond - Belgique
PDF - 60.5 ko

Situation et stratégie des producteurs au Brésil et en Afrique de l’Ouest

Marcos Rochinski, Federação dos Trabalhadores na Agricultura Familiar da Região Sul (FETRAF) - Brésil
PDF - 95.4 ko

Mamadou Cissokho – Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA) - Afrique de l’Ouest

Débat international


Visionnez le REPORTAGE PHOTO.


format imprimable

| Site réalisé avec SPIP, sous Licence de logiciel libre(GPL), optimisé pour FIREFOX | Administration | Espace membres |